Actualites

« Poles »

« Poles »

Conception et Direction Artistique: Thierry Kruchten.
Assistant Artistique: Bertrand Boss.
Direction de production: Antoinette Lorang.
Coordination technique: Lionel Duarte.
Technique: Bastian Yannick, Monnot Patrick, Yves Morotti, Norguet
Fred, Torrents Montserrat, Bruno Uytter.

Artistique: Benzekri Khaled, Boulebiar Louisa, Boss Bertrand, Chasseur Lucas, Coine Christian, Frade César, Hélias Serge, Kaytmaz Selin, Kerne Annabelle, Lordier Corinne, Michel Moglia, Brigitte Morel, Wandji Myriam, Catherine Roy.

Remerciements à

Le Fonds Belval.
Chants Thermiques.
Cie Motus Modules.
Ardestop.

Lire la suite
CO.N.V.O.I Creation 2016 sortie de residence.

CO.N.V.O.I Creation 2016 sortie de residence.

C.O.N.V.O.I création Salamandre 2016

 » Avec de la fumée, avec de la dilution de brouillard et du son de peaux de tambours,

Je vous assoirai des forteresses écrasantes et superbes,

Des forteresses faites exclusivement de remous et de secousses,

Contre lesquels votre ordre millénaire et votre géométrie

Tomberont en fadaises et galimatias et poussières de sable sans raison  » ( H. Michaux ).

C.O.N.V.O.I est une parade déambulatoire et sonore, une itinérance sans vrai début, ni sans fin. Elle met en scène une humanité apatride, vagabonde, battant pavé et estrades, petit peuple errant, guidés par un géant ( échassier ).Qui sont-ils ? Que font-ils ?

Dans un souffle commun, ils tirent et traînent à même le sol un charroi de travois, éclairés de quelques flammes vacillantes. Deux grands tambours rythment ce déplacement.

Sous des bâches de toile usée, ils ne transportent pas grand-chose, étrangers à

l’ accumulation de biens matériels, et forts de ce dénuement.

Ouverts au monde, aimables, ils semblent néanmoins déterminés à suivre leur route.

Alors, où vont-ils ? Que cherchent-ils ?

… Le C.O.N.V.O.I s’ immobilise …

Alors se dévoile le mystère qui entoure leur présence. Comme les nomades cherchent l’ herbe fraiche pour leur troupeau, ils choisissent des espaces pour accomplir des rituels consacrés au Feu.

Poètes « zoroastriens », alchimistes, démiurges , ascètes … musiciens, danseurs, forgerons, ils honorent, célèbrent le feu sans âge, universel, pour le partager ainsi au monde.

Maitres du feu, ils en sont avant tout serviteurs… Passeurs de lumières, de chaleur .

C’ est là, leur raison de vivre, ensemble et pour les autres.

Lire la suite
coproduction Theatre de l’arc en ciel, compagnie la Salamandre

coproduction Theatre de l’arc en ciel, compagnie la Salamandre

Tiphereth, La Belle Endormie

 

Pour célébrer les 20 ans des soirées d’été du Château de Machy, à l’initiative de Bertrand Boss co-fondateur de la Compagnie de la Salamandre et ami de longue date du Théâtre de l’Arc en Ciel pour lequel il a composé plusieurs musiques et bandes-son  de spectacles, la maîtrise du feu (La Salamandre) et   la dramaturgie (l’Arc en Ciel) se sont associées pour créer un spectacle itinérant dans le domaine et le château…

Le feu magnifie  les espaces, le temps et les hommes tandis que le théâtre  confère à ses prodigieuses manifestations  toutes les nuances de son rôle  d’éveilleur du sacré. Car au théâtre, le feu devient Parole et sa puissance symbolique  nous renvoie au réel … telle une peinture abstraite en mouvement qui dévoile l’essence des choses et des êtres. Quelle joie de contempler et de nommer à travers les énergies du feu, l’Esprit qui les anime et qui les harmonise.

 

Symbolique de la Belle au Bois dormant

A de Souzenelle

L’homme ne peut donc passer la Porte que dans la Connaissance qui, encore une fois, n’est pas connaissance intellectuelle, mais expérience vécue.

Quitter le premier étage de l’Existence pour entrer dans l’Etre, passer par la Porte étroite que les traditions nomment « Porte des Hommes », c’est l’ignorance pour vivre.
Qui peut donc passer cette porte ?

L’histoire bien connue de tous, celle de la Belle au bois dormant, nous le dit :

Depuis cent ans une princesse dort au milieu d’un château lui-même  enfoui  au milieu d’une forêt  qui s’épaissit de jour en jour, d’année, au point de devenir infranchissable, au point d’étouffer cette vie en sommeil. Avec la princesse dorment son chien, les domestiques, le château tout entier, le jardin…Au bout de cent ans, le fils du roi voisin apprend l’existence de la belle endormie. Son cœur s’enflamme pour elle. Il décide d’aller l’éveiller.
On devine les aventures du jeune prince débroussaillant la forêt pour y pénétrer et arriver à son cœur. Au bout d’un long temps, blessé de mille blessures, le prince brûlant d’amour vient déposer sur les lèvres de la princesse le baiser qui l’éveille. Avec elle – détail de première importance – le chien s’éveille, les domestiques, la maison, le jardin se réveillent . Tout ce petit univers ouvre les yeux. Que s’est-il passé ?

La belle qui dort est Tiphereth-Beauté, le soleil de l’être qui ne saurait briller avant que l’homme  n’en ait fait l’ascension. Il ne peut l’atteindre avant de s’être dépouillé de cette forêt psychique, consciente et inconsciente qui l’envahit, l’étouffe même peu à peu. Il ne peut entreprendre cette aventure qu’après avoir pris conscience de la présence de cette princesse, son être essentiel, spirituel, reflet du divin, promesse du divin, germe enfoui, endormi.

Le Prince charmant qui apprend la présence de la Belle, n’est autre que la conscience informée, capable d’orienter sur le chemin de l’aventure l’Homme éveillé au seul désir juste. Et l’homme ne peut vivre cette aventure que sous l’impulsion de l’amour, dans une dimension de l’amour dont, malheureusement, ce mot inimaginablement galvaudé de nos jours ne peut plus rendre l’acception. Seul l’amour vrai permet au prince de traverser les épreuves de la forêt. Lorsque le baiser est donné, c’est l’éveil de l’Être.

Notons qu’il s’agit en même temps de l’éveil du cosmos entier. Les familiers, le chien, le jardin sont les règnes qui tous attendent le réveil de l’Humanité pour briller de leur « vraie couleur ». Ceux qui en ont fait l’expérience, peuvent en témoigner : le quotidien, le geste quotidien vécu jusque-là dans la fadeur de la répétition, prend à cet étage un relief toujours nouveau : « Voici, je fais toute chose nouvelle. » (Apocalypse XXI 5) .

Lire la suite
Partenariat avec Motus Module

Partenariat avec Motus Module

Dans une recherche d’échange et de partage, la Salamandre à la joie de vous annoncer son partenariat avec la compagnie Motus Module. Dans ce cadre, nous aurons le bonheur de vous présenter un spectacle intitulé SolAir, mélange de spectacle aérien et de spectacle de feu.

Lire la suite